Petit traité de la liberté de vivre : dé-chaînez-vous

manifeste du survivalisme familial2 Petit traité de la liberté de vivre : dé chaînez vous

petit traité de  la liberté de vivrePETIT TRAITE DE LA LIBERTE DE VIVRE : DE-CHAINEZ-VOUS
La notion de liberté nous est extrêmement chère sur Terre-nouvelle.fr, la notion d’indépendance, d’autonomie. J’ai découvert avec un grand plaisir l’ouvrage de Marc Halévy, Petit traité de la liberté de vivre Petit traité de la liberté de vivre : dé chaînez vous, Dé-chaînez-vous. Il y a dans cet ouvrage tellement de points communs avec la philosophie de vie véhiculée sur Terre-nouvelle.fr que je me devais de vous faire part de ma lecture. En détails, sur Terre-nouvelle.fr.

  • On ne nait pas libre, on le devient

Marc Halévy dresse un tableau pertinent de la notion de liberté.
L’être humain nait dépendant.
Etre libre, c’est être autonome et capable.
L’homme devient libre au fur et à mesure de son évolution et notamment son parcours de vie intérieure. L’homme ne devient libre intérieurement que s’il devient :
– Lucide sur ses priorités de vie, ses talents et habiletés, sur ce qu’il porte en lui. Sur Terre-nouvelle.fr, c’est ce que nous appelons : connaître ses valeurs personnelles
– Rigoureux dans la détermination de ses priorités de vie, des structures de vie à mettre en place pour que la réalisation de soi soit possible. Cela passe notamment par ne plus se soucier du regard d’autrui. Sur Terre-nouvelle.fr, c’est ce que nous appelons : fixer clairement ses objectifs de vie
– Fort pour mener la sculpture de soi, pour construire patiemment ce que l’on devient à partir de ce que l’on fait.

  • Le clivage Gauche / Droite, en lien direct avec la notion de liberté

L’auteur nous dresse un portrait du le clivage politique connu de tous : gauche / droite :
– La gauche socialiste place l’individu au service de la société, dans la droite lignée de la théologie chrétienne, qui ordonne obéissance à un dieu, et prône la soumission de l’individu aux lois
– La droite libérale place la société au service de l’individu, prône l’inaliénabilité de la liberté individuelle, l’exaltation de l’homme par ce qui le dépasse, dans la droite lignée de la mystique panthéiste.


Petit traité de la liberté de vivre, en lien direct vers Amazon
  • Etre libre : accomplir son destin, avec joie

Etre libre devient, pour celui et celle qui se pose la question, servir avec passion son destin, accomplir en plénitude ce destin dont toute notre joie dépend. Nous devons, pour obtenir liberté, joie et épanouissement, consacrer chaque parcelle de temps et d’énergie à notre destin.
Comment, alors, découvrir ce destin, point central de la réussite de nos vies ?
Nous sommes dans l’accomplissement de notre destin lorsqu’une grande joie nous submerge. Attention il ne faut pas se laisser tromper par de fausses joies, des illusions et plaisirs éphémères..

Il faut commencer par s’aimer soi-même, par aimer son destin, pour l’embrasser.

C’est la piste pour savoir où aller.

Mais la liberté n’est pas synonyme de non contrainte. Au contraire, la liberté est toujours liée à une contrainte. On a la capacité, ou pas, d’aller au-delà de cette contrainte, de la surmonter.
Le passé s’avère être la plus grande des contraintes.

  • La mémoire cumulée de l’origine commune

Marc Halévy aborde la notion de mémoire phylétique.
Nous portons tous en nous, hors du champ de notre conscience, toute la mémoire de l’univers, de la Terre, de l’espèce humaine, de notre famille.
La Vie se compare à une arborescence des vivants de la Terre.
Chaque individu de chaque espèce, du présent, du passé, appartient à cet arbre de Vie et en construit la mémoire permanente, la mémoire phylétique.
Lorsque nous avons des enfants, nous prolongeons et ramifions notre rameau. Nos vies grossissent alors le bois qui soutient nos enfants.
Vous l’aurez compris, cette mémoire phylétique peut s’interpréter comme « l’instinct ».

Ainsi, vivre, c’est construire de la mémoire.
Réussir sa vie, c’est construire de la mémoire en cohérence avec son propre destin.
Tout est dit !

  • L’avoir et la paraître : tyrannie

L’avoir et le paraître montrent le vide intérieur compensé par la consommation, cette fausse manifestation du bonheur.
S’affrontent « avoir et acheter » face à « être et faire ».
Celui qui sait, qui veut et qui peut faire lui-même tout ce dont il a besoin, ou tout ce dont il pense avoir besoin, peut échapper au besoin d’achat et donc se soustraire aux chaînes de l’avoir et du paraître.
C’est pourquoi nous prônons sur Terre-nouvelle.fr : formez-vous, accédez à un maximum de connaissances, sachez faire le plus de choses possible avec passion, pour votre autonomie, votre indépendance, votre liberté.

  • Nous vivons la fin d’un monde

Marc Halévy a lâché l’expression : « nous changeons de monde. Nous vivons la fin d’un monde, celui de la Modernité et nous faisons émerger un autre monde ».
« La fête est finie » ! ajoute-t-il. Voilà des mots que vous avez aussi entendus dans nos bouches ou lus dans nos lignes sur Terre-nouvelle.fr.
Le désastre est dans tous les niveaux : social, financier, politique, économique, environnemental.
L’auteur pense que le prochain monde, que nous verrons naître, sera basé sur la Joie.

  • L’autonomie = clef de liberté

L’être humain est un être unique et unitaire. Il ne peut pas être saucissonné en tranches de vie, tranches de vie étanches et séparées, entre vie privée et vie professionnelle.
La notion de travail, issu du latin tripalium, instrument de torture, doit migrer vers la notion de métier, un métier exercé avec expertise et passion.
Le métier assurera alors l’autonomie, l’autonomie dans son activité, une autonomie que beaucoup doivent ré-apprendre, ré-inventer, ré-assumer.
Développer un métier artisanal et libre, avec sa propre maîtrise de certaines connaissances, avec passion : voilà une clef de la liberté.
Car l’autonomie est le fondement de toute liberté.

  • Consommer moins mais mieux

Voilà encore un thème qu’aborde Marc Halévy et que l’on retrouve souvent sur Terre-nouvelle.fr.
Consommer moins mais mieux, cela veut certes dire acheter plus cher des biens de qualité, mais aussi :
– Se faire soi-même à manger (voir nos pages Cuisine et Vie)
– Se lancer dans un potager et un verger (voir nos pages Jardin et Potager), élever des poules (voir nos pages sur nos cocotes)
– Acheter des vêtements, une voiture, des équipements de qualité qui durent (voir nos pages sur la durée de vie des produits).
Cela coutera plus cher d’être en bonne santé, mais est-ce que cela n’en vaut pas la peine ?

  • Aimer d’un amour vrai

L’amour vrai réside dans le soin de l’autre, dans l’accomplissement de l’autre, dans l’accomplissement de soi. Il ne peut pas y avoir d’amour durable s’il n’y a pas accomplissement de soi dans la relation à l’autre.
L’amour n’a de sens que s’il est porté par un effort réciproque d’harmonisation de deux chemins de vie.
Aimer avec force.
Vivez avec passion votre destin.
Libérez-vous et obtenez le bonheur.

Vous l’aurez compris ;-) . C’est avec conviction que je vous conseille la lecture duPetit traité de la liberté de vivre Petit traité de la liberté de vivre : dé chaînez vous de Marc Halévy.

Ami lecteur de Terre-nouvelle.fr, portez-vous bien.

Petit traité de la liberté de vivre : dé-chainez-vous !

Petit traité de la liberté de vivre : dé-chainez-vous !



Devenez membre pour accéder à tout le contenu


A lire également concernant :développement personnel (4 sur 21 articles)