Résistance de la Volonté

manifeste du survivalisme familial2 Résistance de la Volonté

<< retourner page Développement Personnel

RESISTANCE DE LA VOLONTE
Nous avons tous une volonté : elle est plus ou moins développée selon chacun, selon notre personnalité intrinsèque, mais aussi selon l’éducation reçue.
Mais ce dont il faut être conscient, c’est que notre « capital volonté » n’est pas extensible à l’infini.

En effet, nous possédons une capacité donnée à résister aux agressions extérieures, au-delà de cette capacité, nous craquons. En clair, si nous nous battons tous les jours pour résister à la société de consommation, alors que nous baignons dedans, nous épuisons notre volonté et il y a fort à parier que nous n’aurons pas une grande volonté pour le reste de nos exigences personnelles.
Par exemple, si nous avons une volonté d’acier afin de travailler en tant qu’indépendant, que les conditions associées sont difficiles (difficultés à trouver des contrats, clients à problèmes, kilomètres parcourus à foison,…), nous aurons toutes les (mal)chances de ne plus avoir de volonté pour suivre notre régime alimentaire, pour faire du sport régulièrement, pour nous lever tôt et de bonne humeur : s’installera cette si fréquente sensation d’avoir le monde à porter sur ses épaules.

Donc, et parce qu’il est important d’épargner sa volonté pour tous les domaines dans lesquels elle doit intervenir (métier, famille, sport, alimentation, loisirs et bonne humeur), nous devons mettre activement en place des conditions de vie dans lesquelles l’épargne de la volonté sera une donnée de base, par exemple :
– modifier les conditions de notre activité en tant qu’indépendant afin de le vivre plus facilement (prospection de clients proches, extension de services proposés, …), idem en tant que salarié dans la limite du possible
– mettre en place un sport régulier et possible à pratiquer sans se faire violence (voir mon billet sur faire du sport quand on est jeunes parents)
– faire ses courses le ventre plein afin de pas se laisser tenter par des aliments bannis et donc pour ne pas les avoir dans nos placards les jours où notre volonté flanche
– programmer tous les week-end quelque chose d’agréable à faire pour toute la famille, afin de pouvoir mettre le pied hors du lit le cœur léger.

Notre volonté est un bien précieux, cultivons la et épargnons la, avec conscience et stratégie.

A tous les lecteurs de Terre nouvelle, portez vous bien.



Devenez membre pour accéder à tout le contenu