Devenir écrivain : le quotidien quand on écrit

manifeste du survivalisme familial2 Devenir écrivain : le quotidien quand on écrit

DEVENIR ECRIVAIN : LE QUOTIDIEN QUAND ON ECRIT
Devenir écrivain, ou bien être écrivain, comporte le même élément : le quotidien de celui, celle qui écrit. Que vous soyez écrivain à temps partiel ou à temps plein, vous vivrez les mêmes moments de solitude qui parfois peuvent être surprenant. Voici sur Terre-nouvelle.fr mon expérience personnelle.


Dans son livre Mes secrets d’écrivain, Elisabeth George nous parle aussi de son quotidien, un livre que tous ceux qui veulent écrire doivent avoir lu et relu
Ma journée commence généralement par un trajet en voiture pour emmener mes enfants à l’école. Bisous du matin et retour à la maison. Je gère alors la comptabilité de nos affaires, je lis les nouvelles puis je passe à l’écriture.
Pour moi, l’écriture porte sur le blog Terre-nouvelle.fr et sur etre-rentier.fr, mais aussi sur l’écriture de romans fantastiques à destination des jeunes adultes.
Je tape frénétiquement sur mon PC jusqu’à midi moins quart, heure à laquelle je vais faire à manger (comme vous l’aurez compris dans les pages Cuisine et Vie de Terre-nouvelle.fr, je ne supporte pas les boîtes de conserve et autres plats tout prêts). Je peux travailler plus tard s’il reste un peu de bons petits plats de la veille au frigo (j’essaye le plus possible que ce soit le cas).

Au environ de midi et demi, mon époux arrive. S’il a le temps, nous faisons quinze minutes à une demi heure de sport, sinon, nous mangeons de suite, discutons des nouvelles, des articles de nos blogs, puis il repart pour son travail à l’extérieur.
Je reprend mon boulot d’écriture aussitôt jusqu’à 16h10 ou 17h00 suivant que mon mari puisse ou non aller chercher les enfants à l’école.
Ensuite, goûter ou repas du soir (suivant si tout le monde est là ou pas), puis sport, jardinage et devoirs finissent la journée avec les enfants.
La plupart du temps, le soir, il y a un petit temps de relecture des textes du blog, voire une discussion sur les thèmes qui nous sont chers. Puis câlins, lecture ou cours d’anglais à la maison.

Bref, vous aurez compris que je suis assez seule dans mon travail. L’impression d’abandon et le moral dans les chaussettes peuvent très vite s’imposer. Je garde alors à l’esprit l’objectif final et fondamental : écrire et être lue. Le nombre de lectrices et lecteurs de Terre nouvelle.fr grandissant, ça donne du courage ;-) .
La plupart des personnes que je côtoie ne s’intéressent pas du tout à l’activité d’écriture et donc ne la comprenne pas : ils pensent simplement que je reste à la maison, sans vraiment faire quoique ce soit. La reconnaissance vis à vis de l’écriture se gagnera alors que mes livres seront dans les rayons des librairies : cela peut prendre des années lorsque l’on n’écrit pas 100% du temps. En ce qui me concerne, dans une semaine, j’ai environ 16 heures de vrai travail d’écriture par semaine, répartis entre blogs et romans.
Et vous, quels sont vos expériences et votre quotidien. D’avance, merci pour vos commentaires.

>> A LIRE AUSSI
Voici d’autres tranches de vie et retour d’expérience sur devenir écrivain :
devenir écrivain : les dictionnaires et les aides à l’écriture
devenir écrivain : des livres pour apprendre à écrire un roman
devenir écrivain : recherche d’un éditeur mon expérience
Elisabeth George : mes secrets d’écrivain
devenir écrivain : faire lire ses textes, correction de roman.



Devenez membre pour accéder à tout le contenu


A lire également concernant :devenir écrivain (4 sur 7 articles)