Chemtrail : réalité ou fumisterie

manifeste du survivalisme familial2 Chemtrail : réalité ou fumisterie

CHEMTRAIL : REALITE OU FUMISTERIE
Terre nouvelle va tenter de faire un point sur la notion de CHEMTRAIL de façon le plus exhaustif possible. Chacun a son interprétation sur ces longues traînées blanches dans le ciel qui perdurent longtemps après le passage des avions. Tentons d’y voir clair.

  • chemtrail et contrail

Il existe une différence entre les chemtrails, autrement dit les chemical trails (traînées chimiques) et les contrails, autrement dit les condensation trails (traînées de condensation).
Les traînées de condensation sont constituées de vapeur d’eau et disparaissent en quelques secondes, voire quelques minutes. Les moteurs des avions à réaction émettent de la vapeur d’eau qui se transforment en cristaux de glace sous certaines conditions de température et de pression. Ces trainées peuvent s’étirer et durer assez longtemps pour se transformer en nuage type cirrus et demeurer dans nos ciels des jours voire des semaines. Ils sont constitué d’eau donc non nocifs.
Certains pensent néanmoins que les traînées qui perdurent longtemps après le passage de l’avion sont des chemtrails. Il est possible de les observer au lever du soleil ou près du coucher du soleil, et parfois vous remarquerez des traînées en croisillons assez réguliers.
De quoi seraient-elle alors constituées et pourquoi les diffuser dans nos ciels ?

chemtrail ou contrail

chemtrail ou contrail

  • chemtrails comme traînées chimiques

Certains pensent qu’il n’est pas raisonnable de penser que des traînées puissent persister aussi longtemps dans le ciel alors que d’autres s’estompent très vite. La notion d’hygrométrie de l’air ne suffirait pas à justifier cette lenteur selon les détracteurs des chemtrails. L’idée que des produits chimiques soient pulvérisés directement par avion a donc fusée. Produit pour lutter contre la prolifération des moustiques, insecticide à large spectre, certains vont même jusqu’à avancer la théorie de la dépopulation de masse, autrement dit la volonté de détruire une large part de la population humaine (on retrouve l’idée des gorgia guidestones sur lesquelles il est gravé que la population humaine doit redescendre à 500 millions).

  • chemtrails comme une traînée de kérosène

Des amateurs d’avionique et même des personnes s’annonçant comme de véritables pilotes de ligne ont eux aussi leur interprétation. Selon eux, les traînées persistantes, les chemtrails, ne seraient pas constituées de vapeur d’eau mais de kérosène. En effet, cette théorie veut que les avions décollent toujours avec plus de carburant que nécessaire pour effectuer le voyage planifié. En cas de problème météorologique, d’impossibilité d’atterrir, ou même de prise d’otage au sein de l’avion et donc de nécessité de demeurer plus longtemps en l’air, les avions doivent avoir du kérosène en surplus. Par contre, et toujours selon ces mêmes pilotes, il est impossible d’atterrir avec les réservoirs pleins sous peine de risque d’accident accru lors de l’atterrissage (explosion). Donc, lorsque les pilotes savent qu’ils vont bientôt atterrir, ils libèrent l’excédent de kérosène, provoquant ces longues traînées dans le ciel.
On parle de dioxyde de souffre présent dans le carburant des avions afin d’augmenter leur diffusion.

  • chemtrails pour augmenter l’albédo

Nous avons déjà parlé de l’albédo sur Terre nouvelle : le coefficient de réflexion du rayonnement solaire. Par exemple, la neige a un albédo supérieur à l’herbe. Dans le cadre du problème de réchauffement climatique, l’albédo devient un critère important à contrôler, car tout rayonnement absorbé par notre planète tend à réchauffer notre atmosphère. Il existe alors une interprétation des chemtrails, plutôt positive dans ce cas tout en étant pas forcément bonne pour la santé. En effet, certains pensent que les chemtrails seraient constitués notamment de particules réfléchissantes (micro particules d’aluminium ou de produits chimiques réfléchissants indéterminés) qui formeraient, en suspension dans l’air, une sorte de rideau à visée protectrice : les particules en suspension dans l’air réfléchiraient le rayonnement solaire avant qu’il ne touche notre sol. Cela permettrait de freiner le réchauffement climatique. Par contre, et vous l’aurez compris, les particules finissent par retomber au sol, sur nos têtes et dans nos potagers, chez nos maraîchers et dans nos assiettes. Produits chimiques ou même aluminium avec sa nocivité notoire concernant la maladie d’Alzheimer, seraient donc présents à faible dose et de manière quasi permanente. Dégénérescence cérébrale, allergies, infections respiratoires à répétitions, cancers même, les détracteurs des chemtrails trouvent à cette solution tout un tas d’inconvénients majeurs.

Mais nous pouvons aussi y perdre notre latin car d’autres détracteurs des simples contrails (trainées de vapeur d’eau) pensent que ces trainées qui s’étirent forment une sorte de couverture nuageuse permanente qui retient la chaleur de la planète au même titre que les gaz à effet de serre.

Je ne sais pas vous, mais je vais regarder d’un œil un peu plus critique ces traînées qu’avant nous admirions avec sympathie, couchés dans l’herbe de nos parcs et prairies.
Si vous avez des informations fiables, laissez nous des commentaires.



Devenez membre pour accéder à tout le contenu


A lire également concernant :environnement (17 sur 21 articles)