Survivalisme familial : bientôt un poulailler et des poules

manifeste du survivalisme familial2 Survivalisme familial : bientôt un poulailler et des poules

survivalisme poule et poulailler2 Survivalisme familial : bientôt un poulailler et des poulesSURVIVALISME FAMILIAL : BIENTOT UN POULAILLER et DES POULES
En bon survivaliste, avoir un potager qui produit de beaux fruits et légumes, c’est bien, avoir un poulailler, c’est encore mieux. A la maison, nous avons décidé de franchir le pas dès le printemps. Détails sur Terre-nouvelle.fr.

3, 4, ou 5 poulettes qui picorent dans le jardin. Un rêve ou une lubie ? Je pense plutôt que c’est un geste économique, écologique, important pour la santé, mais surtout survivaliste.
En effet, les poules à la maison, si on les choisit bien, feront 5 à 6 œufs par semaine. Elles mangeront les épluchures, les insectes du jardin. On pourra leur faire pousser quelques pieds de maïs. Du sable et les coquilles d’huitre des fêtes seront récoltées pour la formation de leurs coquilles. Bref, avoir des poules, c’est assurer la production d’une très bonne source de protéine pour toute la famille et ce même et surtout en situation de crise.

Et à tous ceux qui rigolent en disant : « tu vois une nana de la ville avec les ongles vernis et du maquillage donner à manger à ses poules ?!… tu vois un gars qui traîne avec ses composants électroniques, ses PC et ses robots donner à manger à ses poules ?!, mon oeil». A toutes ces mauvaises langues, je réponds : oui. Avec mon mari, nous sommes sur la même longueur d’onde : nous allons passer à l’acte et avoir cocotes et oeufs dans le jardin. D’ailleurs, nos enfants sont très très moteurs dans le projet et réclament des poulettes depuis plus de deux ans : « quand est-ce qu’on a des poules? quand est-ce qu’on pourra manger des oeufs à la coque tous les jours? ».
Nous avons plusieurs couples d’amis, tous issus du monde urbain et habitant aujourd’hui en campagne, qui planchent aussi sur le projet : les poules sont dans l’air du temps. Nous connaissons même des français expatriés à San Francisco qui ont des poules en plein centre ville : des poules de ville.


Traité Rustica de la Basse-Cour, un livre de référence
  • Où installer un poulailler

Après étude auprès des agriculteurs et habitués des fermes, nous en sommes arrivés à la conclusion que nous aurions intérêt à installer notre poulailler soit dans le verger, soit près du potager :
– le poulailler dans le verger permettra aux poules de s’alimenter des fruits tombés au sol. Elles nettoieront le sol du verger et les troncs des arbres de nombreux insectes nuisibles. Par contre, cela n’est judicieux que si le verger ne fait pas partie de l’espace plaisance du jardin (repas, jeux d’enfants, ballon,…).
– le poulailler sera bien situé juxtaposé près du potager : lorsque vous venez jeter les épluchures, celles que les poules mangent leur seront données, les autres finiront au compost. Lorsque vous irez chercher les oeufs, vous jetterez en même temps un coup d’oeil sur vos cultures. Pensez à prévoir une porte de sortie pour les poules, externes au potager, pour qu’elles puissent gambader librement sur votre terrain (si vous leur donner libre accès de temps à autres à l’ensemble de votre terrain).

  • Le poulailler

Le poulailler devra être assez grand pour accueillir toutes les poules. Le toit sera pentu pour l’écoulement des eaux et la fonte de la neige. Le toit pourra s’ouvrir pour aller chercher facilement les œufs.
Le poulailler sera sur-élevé pour que les cocotes n’est ni les pieds dans l’eau ni le bec dans la neige en hiver.
Un point d’eau leur permettra de toujours s’abreuver.
Une mangeoire pour les graines apportées en complément (maïs, nourriture spéciale poules de commerce) sera mis à l’abri des intempéries.

« Il faut donner un nom à chaque poule! » insistent avec sérieux nos bambins : les idées fusent. Gertrude, Cocotte, Plumette, Sornette.
Reste à placer de faux œufs situés là où nous voulons que nos poules pondent.
Ensuite, à nous les bons œufs frais et bio, à nous les omelettes au fromage, les omelettes aux herbes, les oeufs à la coque, les oeufs mimosa et les tortillas oeufs et pomme de terre !.

Une série d’articles et de petits films sur notre découverte des poules, du poulailler, des joies et des galères de la volaille viendra bientôt.
Et vous, racontez nous vos expériences avec les gallinacées en commentaires. Plaisirs et galères partagés.

A tous les survivalistes, portez vous bien.

>> A LIRE AUSSI
- Combien de temps pond une poule ?
- Nos poules pondeuses : retour d'expérience trois ans après, combien ont-elles rapporté ?
- nos poules, deux ans après
- Avoir des poules, c'est top !
- nos poules pondeuses : retour d'expérience un an après
- Que faire si une poule qui perd ses plumes : la solution écologique et économique qui a fonctionné pour l'une de nos pondeuses
- Des nouvelles de nos poules 5 mois après leur arrivée
- Nos poules pondeuses deux semaines après leur arrivée
- Bientôt un poulailler et des poules
- Quatre poules pondeuses à la maison
- Pourquoi y a-t-il des œufs cassés au poulailler ?

Des idées de recette autour des oeufs :
Oeufs mimosa
Omelette aux deux fromages
Omelette aux herbes.



Devenez membre pour accéder à tout le contenu


A lire également concernant :survivalisme (147 sur 198 articles)