Virus de la grippe, pandémie de grippe

manifeste du survivalisme familial2 Virus de la grippe, pandémie de grippe

virus de la grippe, pandémie de grippeVIRUS DE LA GRIPPE, PANDEMIE DE GRIPPE
Dans toutes les alertes de grippe, H1N1, H5N1 sont les noms donnés au virus de la grippe. Mais que signifient exactement H et N dans le nom du virus de la grippe ? Comment fonctionnent nos anticorps face au virus de la grippe ? Quel est le risque d’une future pandémie de grippe ? Nous avons les réponses, en détails sur Terre-nouvelle.fr.

Parce que nous avions envie d’en savoir un peu plus sur les appellations des virus de la grippe, sur les effets du virus de la grippe sur le système immunitaire, sur les moyens de lutte contre ce virus, parce que nous voulions savoir quels étaient les risques de vivre une pandémie de grippe, nous avons questionné un très bon ami, vétérinaire et haut responsable dans une société pharmaceutiques très connue. Merci à lui pour toutes ces informations qui éclaireront les profanes que nous sommes.

  • Que signifient H et N dans le nom des virus de la grippe

HiNj : H = Hémagglutinine, N = Neuraminidase
Ces glycoprotéines, Hémagglutinine et Neuraminidase, sont présentes à la surface des virus de la grippe.
H – Hémagglutinine – et N – Neuraminidase – provoquent des réactions de notre système immunitaire.
H est la protéine qui permet au virus de s’accrocher dans le poumon.
N est la protéine qui permet au virus de se détacher.
Toutes deux sont responsables de la virulence du virus de la grippe.
Les différentes combinaisons HiNj ont des affinités différentes suivant les espèces contaminées :
– H5 est la plus dangereuse pour les gallinacées domestiques.
– H1, H2 et H3 sont les plus dangereuses pour les humains.

  • Combien y a-t-il de virus de la grippe différents

Il y a 16 protéines H différentes et 9 protéines N différentes.
De H1N1 à H16N9, il y a toutes les combinaisons possibles, soit au total 144 combinaisons possibles.
Même pour un virus H5N1 par exemple, il peut y avoir des variations mineures (on parle de glissement), avec un H5N1 égyptien, un H5N1 asiatique, un H5N1 européen. Ces différences mineures se retrouvent dans la dénomination officielle d’une souche d’Influenza, par exemple : influenza A/Fujian/411/2003(H3N2).
En effet, pour s’y retrouver dans ce foisonnement de souche virale, les souches sont baptisées selon type / animal chez lequel il a été isolé (sauf si c’est l’homme) / lieu d’isolement de la souche virale / numéro de la souche / année d’isolement (sous-type).

  • Virus de la grippe, virus à ARN

Le virus de la grippe est très simple, c’est un virus à ARN (Acide RiboNucléique), donc un matériel génétique monobrin (à comparaison avec l’ADN Acide DésoxyriboNucléique, à deux hélices). La particule virale est une couche lipide avec 4 glycoprotéines qui protégent les 8 brins d’ARN : H et N à l’extérieur, M1 à l’intérieur et M2 qui forme des canaux.

  • Virus de la grippe et anticorps

Lorsque les protéines H et N, présentes à la surface du virus de la grippe, vont entrer en contact avec notre organisme, des anticorps vont être synthétisés par le système immunitaire.

Différence entre antigène et anticorps :
antigène : l’antigène est ce qui agresse le corps. Ce peut être par exemple un virus, une greffe d’organe
anticorps : l’anticorps est produit par le système immunitaire pour se défendre contre l’agresseur.

Le système immunitaire est composé de différentes défenses valables contre les agressions :
– les défenses non spécifiques du système immunitaire : c’est un ensemble de cellules différentes parmi lesquelles les macrophages sont les premières à intervenir. Si elles ne sont pas suffisamment efficaces contre l’agression, d’autres défenses sont fabriquées à façon par le système immunitaire : les défenses spécifiques
– les défenses spécifiques du système immunitaire : ce sont des anticorps qui sont spécifiques pour chaque antigène. Ils sont fabriqués spécialement. C’est la protection la plus efficace mais le système immunitaire met du temps à la mettre en place : 15 jours, 3 semaines, quelques mois suivant le type d’agression.

  • Vaccin contre la grippe

Aujourd’hui, si l’on attrape la grippe, il n’y a plus qu’à… attendre que cela passe.
La seule solution que nous ayons d’efficace est la vaccination contre le grippe en prévention (les traitements antiviraux sont peu efficaces et des doutes existent sur l’apparition de résistance).
Dans le vaccin contre la grippe, il faut qu’il y ait au moins du H, l’Hémagglutinine, spécifique du risque épidémique ou pandémique (H5 pour les oiseaux, H3 pour les humains). Pour les vaccins humains, on rajoute aussi N mais pas pour les vaccins vétérinaires.
Il faut que la protéine H concernée soit présente sans donner la maladie, le vaccin ne contient pas de virus vivant en France.
L’organisme vacciné va produire des anticorps anti-H. Si pendant l’hiver, un virus de la grippe avec ce H croise l’organisme précédemment vacciné, l’anticorps sera déjà présent et donc la protection sera immédiatement efficace.

  • Périodicité des pandémies de grippe : quel est le risque d’une pandémie de grippe

Les observateurs ont analysés qu’historiquement il y a une pandémie de grippe tous les 100ans en moyenne, ce depuis l’Egypte ancienne.
Cette périodicité des pandémies de grippe de 100ans pourrait être modifiée par :
– une amélioration de la médecine avec notamment les vaccins : tendance à augmenter la période moyenne de 100ans des pandémies de grippe
– une aggravation de la propagation des virus du fait des transports internationaux généralisés : tendance à diminuer cette période de 100ans des pandémies de grippe.

Une des dernières grandes pandémies de grippe fut la grippe espagnole de 1918. La grippe espagnole de 1918 aurait tué entre 50 et 100 millions d’humains pour une population mondiale de 1 milliards d’humains.
De 1918 à 1969, le XXe siècle a connu 3 pandémies de grippe et plus rien depuis 50 ans. Depuis, des réseaux de surveillance épidémiologique très effectifs et très performants ont été créés grace à l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) et le SRAS en 2002 a montré que ce modèle n’est pas parfait mais très efficace.

  • Pourquoi il peut y avoir une pandémie de grippe

En clair, nous pouvons voir une pandémie de grippe dans quelques années, car :
– le virus de la grippe mute très vite
– périodicité en moyenne de 100ans pour les pandémies grippales
– le virus de la grippe est très contagieux (50% de contagion pour la grippe espagnole)
– le virus de la grippe n’est pas trop mortel, le porteur du virus a le temps de le transmettre, contrairement au virus ébola qui tue très très vite les malades, ne permettant pas une contagion à grande échelle
– 3 jours d’incubation, 5 jours de symptômes : un malade a le temps de se déplacer et de transmettre un grand nombre de virus à son tour
– le virus de la grippe peut mettre à genou les défenses immunitaires. Les futures agressions pourront tuer le malade
– le virus de la grippe est un virus respiratoire, donc beaucoup plus facile à transmettre qu’un virus de contact.

  • Pourquoi une pandémie de grippe peut mettre à mal des pays

Une pandémie de grippe telle que la grippe espagnole peut toucher 50% de la population. Avec un taux de mortalité de l’ordre de 5%, un tel virus peut faire des ravages. Mais c’est aussi à postériori, en affaiblissant le système immunitaire, que le virus de la grippe peut provoquer d’autres décès.
De plus, avec une population en grande partie malade, mais qui a aussi du mal à se remettre d’une maladie affaiblissante, un pays peut avoir des difficultés à fonctionner normalement :
– services publiques défaillants
– soins et aides aux personnes malades et en difficultés dépassés par la demande
– rupture dans les approvisionnements en denrées utiles : énergie, alimentation, médicaments
– difficulté pour les autorités à maintenir en service des installations nécessitant l’intervention humaine en continu : centrales nucléaires…
Ainsi, une pandémie de grippe pourra avoir des répercutions énormes sur nos sociétés, autant être prêt, en fonctionnant sur le mode survivaliste.

Aux vues de toutes ces données, nul besoin d’imaginer un terrorisme biologique pour qu’une pandémie de grippe survienne, le virus de la grippe fera tout seul son chemin. Reste à savoir si cela sera avant ou après 2070 !

>> A LIRE AUSSI - survivalisme : les 4 grands risques sanitaires
- Ebola et survivalisme : quel est le vrai danger ?
- Virus de la grippe : pandémie de grippe
- la Peste pourrait revenir en Europe
- Pandémie, épizootie, contamination par les animaux : la procédure sanitaire.


Devenez membre pour accéder à tout le contenu


A lire également concernant :survivalisme (76 sur 198 articles)