Deux essaims dans le jardin : nos abeilles sont arrivées

manifeste du survivalisme familial2 Deux essaims dans le jardin : nos abeilles sont arrivées

livraison de 2 essaimsDEUX ESSAIMS DANS LE JARDIN : NOS ABEILLES SONT ARRIVEES
Ça y est ! Nos deux essaims d’abeilles sont enfin arrivés et avec eux leurs lots de petites butineuses. Découvrez nos premiers jours avec nos abeilles et les prochaines étapes qui nous attendent pour prendre soin du rucher, en détails sur Terre-nouvelle.fr.

  • Comment les essaims ont été livrés

Comme vous le savez déjà, nous nous lançons cette année dans l’apiculture : deux ruches trônent dans le jardin et une nuée d’habitantes butinent gaiement. L’apicultrice qui nous a fournis les essaims a attendu que le temps soit vraiment redevenu clément et que les abeilles puissent se nourrir seules avant de nous livrer nos abeilles. Comme l’hiver a été particulièrement long cette année, nous n’avons eu nos essaims que le 7 mai. Malgré encore quelques jours de pluie, de froid, avec quelques dernières nuits en dessous de 5°C, nos abeilles n’ont plus besoin d’alimentation complémentaire. La nature leur fournit ce dont elles ont besoin.

Comme c’est notre première année avec nos abeilles, notre apicultrice nous a aidé.
Elle nous a demandé, une semaine avant l’arrivée de nos essaims, de lui amener nos ruches. Elle a effectué le transfert des six cadres dans nos ruches : cadres avec reine et essaim. Comme elle habite à moins de 3 kilomètres de chez nous, elle a déplacé nos deux ruches dans un lieu plus éloigné. En effet, sinon, une fois arrivées chez nous, les abeilles auraient eu le réflexe de retourner là d’où elles venaient (chez l’apicultrice), car elles effectuent normalement des vols de maximum 3 kilomètres pour butiner.
Au bout d’une semaine pendant laquelle nos abeilles se sont habituées à leurs nouvelles ruches, l’apicultrice nous a appelé pour que l’on vienne chercher nos essaims.
Coût d’un essaim 6 cadres abeilles bug fast : 100euros TTC.

  • Comment transporter les ruches

Avant le transport, les ruches sont fermées : aucune abeille ne peut sortir pendant le transport.
Pour transporter les ruches, mieux vaut s’y prendre par un matin frais, alors que les abeilles ne cherchent pas encore à sortir et qu’il ne fait pas trop chaud afin qu’elles n’étouffent pas.
Nos deux ruches en bois, modèle Dadant, avec chacune un essaim et des abeilles bien actives, pèsent au bout d’une semaine un poids non négligeable.
Les deux ruches dans le coffre de notre voiture (pas dans mon Austin mini ;-) ), nous partons pour la maison. Arrivés chez nous, nous remettons en place les ruches.
La position des ruches prévue, les supports (des moellons) installés, les branches des arbres qui pourraient gêner l’accès coupées, tout est prêt pour accueillir nos nouvelles pensionnaires.
Il faut veiller à ce que les ruches aient une position en légère pente vers l’avant : pour éviter que l’eau de pluie ne stagne dans l’entrée de la ruche.
J’enfile la combinaison d’apiculteur pour ouvrir les grilles. On nous a prévenu : les abeilles peuvent sortir en trombe et quand on n’est pas habitué mieux vaut être équipé. Dans les fait, nos abeilles sont super gentilles et on approche des ruches sans aucune manifestation d’agressivité de la part de nos abeilles.

Nos abeilles sont arrivées : livraison de nos 2 essaims, premiers soins aux ruches, travaux et investissement à prévoir pour le rucher

Nos abeilles sont arrivées : livraison de nos 2 essaims, premiers soins aux ruches, travaux et investissement à prévoir pour le rucher


Combinaison d’apiculteur, pour info : je mesure 1m53 et la combinaison d’apiculteur, taille XS, est beaucoup trop grande pour moi. Elle ira à mon fiston qui, d’ici peu, va être plus grand que sa maman.

  • Prochaines étapes dans le soin du rucher

La prochaine étape est d’ouvrir toutes les semaines les ruches, en détails :
soin du rucher pendant le mois de mai : ouvrir les ruches pour vérifier qu’il n’y ait pas de cellules royales sous peine de subir un essaimage précoce (nos essaims sont jeunes, nos reines ont tout juste un an) : il faut détruire les cellules royales, cellules en forme de banane, par exemple à l’aide du lève-cadre ;
soin du rucher jusqu’au milieu de l’été : pour valider si les abeilles ont déjà rempli tout leur espace disponible du corps de ruche. C’est alors que des rayons s’installent sur les bords des cadres d’extrémité : les abeilles n’ont plus assez de place. Il faut réagir vite, pour éviter un essaimage. Il est nécessaire d’installer une hausse, avec la grille à reine qui empêchera la reine de monter dans la hausse (la reine est plus grosse que les autres abeilles). Ainsi, les abeilles monteront dans la hausse pour constituer des réserves supplémentaires de miel : ce sera ce miel là que nous récolterons. Il faut penser à vérifier si la hausse est pleine : si c’est le cas, comble de bonheur, il faut ajouter une autre hausse que les abeilles rempliront avec soin. D’anciens apiculteurs nous ont confié qu’avant il n’était pas rare d’avoir trois niveaux de hausse sur les ruches ;
soin du rucher mi août : récolte du miel de la hausse. Nous pourrions aussi effectuer des prélèvements de miel avant, par exemple dès la fin de la floraison de l’acacia pour avoir du miel d’acacia. Mais comme nous débutons, nous commencerons par faire du miel mille fleurs en effectuant un seul prélèvement ;
soin du rucher pendant toute la saison chaude : ouvrir les ruches pour vérifier l’état de santé des abeilles, veiller à ce que les abeilles aient accès à un point d’eau propre, à quelques mètres des ruches, avec un système pour qu’elles ne se noient pas.

  • Prochain investissement pour notre rucher

Pour notre rucher, nous allons devoir investir dans :
– une miellerie de particulier : nous vous informerons des conseils que nous aurons reçus pour constituer une miellerie pour un particulier. Nous vous indiquerons nos choix et tests ;
– une ruche supplémentaire : dans le cas où un essaimage se produirait. En effet, nos reines ont une aile coupée, elles ne peuvent donc pas voler. Si elles tentent d’essaimer, nous les trouverons au sol devant la ruche. Si alors nous disposons d’une ruche supplémentaire, nous pourrions les installer dans la nouvelle ruche : ce serait une ruche complète de plus, sans les frais d’achat de l’essaim correspondant.

Vous vous êtes, vous aussi, lancés dans l’apiculture. Rendez-vous en commentaires pour nous faire de votre expérience.

A tous les lecteurs de Terre nouvelle, portez-vous bien.

>> A LIRE AUSSI
Deux ruches et bientôt des abeilles
Deux essaims dans le jardin : nos abeilles sont arrivées
Ouvrage de référence sur l’apiculture : traité Rustica de l’apiculture
apiculture : pose des hausses
– en vidéo : comment récolter le miel.



Devenez membre pour accéder à tout le contenu


A lire également concernant :survivalisme (75 sur 198 articles)